Orthophonie

Je suis passionnée par l’orthophonie, profession au cœur de la communication verbale et non verbale. Echanger avec les autres, communiquer, partager des expériences m’a toujours passionnée et être utile, enfin parfois tenter de l’être, m’a toujours animée.

La profession d’orthophoniste, au carrefour de plusieurs disciplines, m’enrichit beaucoup. Le relationnel, le psychologique, le médical, le pédagogique, le créatif, le littéraire, le mathématique… sont des domaines qui s’entrecroisent.

Depuis plus de quarante ans, le travail du langage oral, du langage écrit, de la voix et du domaine de la surdité est un enrichissement permanent qui ouvre sur de nombreuses pistes.

Durant mes études, j’ai réalisé des stages en surdité puis j’ai travaillé à mi-temps pendant plusieurs années à l’Ecole Intégrée Danielle Casanova, qui scolarisait de jeunes sourds, où j’ai découvert la Méthode Verbo-Tonale qui correspondait tout à fait à l’approche que je souhaitais avoir avec les patients. L’équipe était dynamique et j’ai beaucoup appris dans ce travail en équipe et lors des rencontres à Zagreb, à Bruxelles, dans les Ardennes…

Lorsque j’ai quitté le travail salarié, je suis toujours restée en contact avec cette équipe de médecins et d’orthophonistes et actuellement je suis au CA de l’ACFOS (Action connaissance formation pour la surdité). Echanger avec d’autres professionnels a toujours été important pour moi.

Commencer à prendre en charge des bébés de trois mois qui présentent une surdité profonde est toujours un moment chargé d’émotions. En effet, l’avenir d’un enfant et le soutien des parents dans une période bien douloureuse sont un enjeu essentiel.

Travailler dans la continuité en suivant l’évolution d’enfants sourds et de leurs familles permet de donner du temps au temps ce qui est à contre-courant de notre époque où tout doit aller très vite.

Cela rappelle des proximités avec l’écriture qui est aussi un autre rapport au temps. L’humain comme l’écriture ne peuvent jamais se réaliser dans l’urgence.

Ma passion pour la littérature et mon travail d’écrivaine se sont enrichis de mon expérience professionnelle d’orthophoniste comme la création littéraire développe de multiples pistes en orthophonie.

L’utilisation des techniques d’atelier d’écriture en orthophonie m’a permis de modifier beaucoup de mes prises en charge ainsi que l’utilisation de textes littéraires et de livres de fiction quel que soit l’âge des patients.

Le travail de la voix est aussi une exploration de l’humain puisque la voix est une extériorisation de la profondeur de l’être et de sa possibilité à exister. En effet, sans voix comment prendre sa place dans la société. C’est ce que réalisent toutes les personnes qui perdent leur voix et donc toute communication avec autrui.

Les « sans voix » sont aussi le reflet de notre société qui ne donne pas la parole à toute une partie de la population en situation d’exclusion.

L’orthophonie et l’écriture se rejoignent et se sont entrecroisées au fil des années.

L’abord du langage écrit passe aussi par le rétablissement du plaisir de lire et d’écrire des histoires. Les jeux d’écriture sont un atout extraordinaire pour préserver ou recréer le plaisir de la lecture et de l’écriture. Des jeunes très intravertis créent ainsi des textes très étonnants.

Il faut toujours croire dans les capacités d’un être même si parfois cela prend du temps. Chercher à libérer les potentialités de chaque patient est toujours un défi extraordinaire comme l’écriture peut libérer les possibilités inconnues d’un écrivant.